samedi 29 août 2015

Et si on causait lecture ?



Il y avait longtemps que je n'avais pas partagé ici quelques plaisirs littéraires, ça me manquait ! Je vous fais donc découvrir aujourd'hui quelques petites perles que j'ai adoré lire durant mes vacances.

La trilogie berlinoise de Philip Kerr : Un polar remarquable !
Coup de cœur

Polar remarquable
"L'été de cristal", "La pâle figure" et "Un requiem allemand" sont les trois titres de cette trilogie passionnante. Je n'ai pas pu me décrocher de ce gros pavé, de 1015 pages..., dévoré en quelques jours seulement durant mes vacances (je n'ai pas fait grand chose -entre deux "maman" par ci par là quand même- je dois l'avouer, tellement j'étais prise dans ce bouquin)
Avec pour toile de fond le IIIᵉ Reich à son apogée, avant et pendant la seconde guerre mondiale, avec la défaite, puis l'Allemagne en ruine de 1947, cette trilogie est remarquablement bien ficelée, nous replongeant dans cette époque qui fait frémir. Le personnage principal, Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise, est détective privé. Au cours de ses enquêtes, il est témoin de la transformation de son pays et de la folie dévastatrice de ses compatriotes. L'homme solitaire est un gentil, avec parfois souvent un  humour grinçant et insolent offrant un dynamisme agréable au fil des pages. S'il a des valeurs autres que celles de beaucoup d'Allemands de l'époque, il opte par obligation pour certains choix discutables, toujours sur le fil de devoir basculer de l'autre côté, n'ayant d'autres options pour sa survie, mais il n'adhérera jamais au nazisme, risquant sa vie pour celle des autres. On ne peut que s'attacher à Bernie ! L'auteur mêle l'Histoire et la fiction avec brio, permettant à des personnages fictifs de croiser des personnalités tirées du réel comme par exemple Hermann Göring, Heinrich Himmler, Joseph Goebbels... 
Je vous recommande la lecture de cette pépite si vous aimez l'Histoire et les polars ! On ne s'ennuie jamais, la lecture est fluide et passionnante, et on ne lâche plus cette trilogie jusqu'à la toute dernière page !!!! Je reste sur ma faim et zut !

***********************

Les gens heureux lisent et boivent du café et La vie est facile, ne t'inquiète pas de Agnès Martin-Lugand : Une très bonne détente



Dans un tout autre genre, j'ai bien aimé également ces deux volumes qui racontent l'histoire de cette femme qui perd dès les premières pages du tome 1 (Les gens heureux...) son mari et sa fille dans un accident de voiture. Oui d'accord, le côté dramatique pourrait déplaire... mais on assiste au fil des pages à la reconstruction émouvante de cette femme qui a tout perdu.
 

Ce n'est pas LE ROMAN qui restera en mémoire, ce n'est pas remarquablement bien écrit, ce n'est pas une histoire très originale, ce n'est pas une pépite littéraire, c'est indéniable, mais l'authenticité de cette histoire est simplement touchante. Je me suis attachée à cette Diane, certainement parce que ma vie en ce moment est bancale et que la perte d'un enfant me bouleversera toujours et que je me suis déjà posée ces questions : "Comment je réagirais si je perdais un de mes enfants ? Que deviendrais-je ? Trouverais-je la force de continuer ?"  Diane est détruite bien sûr, c'est une épave, seul son cœur la rattache à la vie, tout le reste est loin et elle ne cesse de combattre les remords et les souvenirs... Elle s'exile finalement en Irlande, là où elle a toujours refusé d'aller alors que son mari rêvait de visiter ce pays avec elle. 
L'auteur, Agnès Martin-Lugand, est psychologue et croit en la possibilité de "guérir" de la perte d'êtres aussi chers : "C'est ce que j'ai essayé de faire avec Diane, l'amener à accepter de vivre avec ses morts sans s"interdire de vivre". Inutile d'en dire plus, il faut se plonger dans la lecture de ces deux livres si on en ressent l'envie, si l'histoire interpelle.

*********************** 

L'oiseau Canadèche de Jim Dodge : attachant et drôle
 
Voilà un petit conte farfelu et drôle alors que la mort tient un rôle essentiel.
Cette histoire est construite autour d'un trio pour le moins étonnant : le grand-père, "pépé Jake", homme solitaire et indigne, coureur de jupons, joueur de poker, limite alcoolique (il n'aime que le vieux whisky tord-boyaux). Il se retrouve par obligation tuteur de son petit-fils, Titou, orphelin, doté d'un héritage ma foi intéressant, qui a pour seule passion de clôturer les espaces ; et enfin, un canard glouton, femelle, la fameuse Canadèche, qui débarque dans leur vie ! Pépé Jake et Titou l'humanisent, lui parlent, lui cherchent un amoureux, l'emmènent au café du coin et au cinéma, la dorlotent ! Cet oiseau est attachant par son humour, son espièglerie et sa tendresse qui humanise à son tour les deux loups solitaires et bourrus !
Derrière l'histoire plutôt légère à première vue, la question de la mortalité et l'immortalité est récurrente.
Extrait :
" Quand Pépé eu joué de la manivelle pour abaisser sa vitre, le gérant jeta un coup d’œil à l’intérieur de la cabine pour bien s’assurer de la présence de Canadèche et demanda :
- Que fait ce canard dans mon établissement ?
- Elle veut voir le film dit aimablement Titou, devançant son grand-papa qui commençait à écumer.
- Nous refusons absolument tout ce qui sort de l’ordinaire.
Jake explosa :
- Eh ben, ça doit vous faire une petite vie bien merdeuse et salement étroite, non ? Alors voilà : il se trouve que vous avez ici un canard d’attaque, dressé pour le kung-fu et spécialement élevé pour nous par la société Tong. Nous la laisserions bien à la maison mais elle massacre tous les coyotes.

Ce roman est un bel hommage à la vieillesse doublé d’un conte humoristique, poétique, tendre et libertaire. Je le recommande sans modération.

*********************** 

J'ai d'autres coups de coeur que je ne manquerai pas de partager avec vous bientôt. Je causerai musique aussi !!! 

Bon week-end à tous

3 commentaires:

  1. Bonne idée ce coin lecture ! Ce canard me plaît beaucoup, je pourrais succomber. Philippe Kerr, connaît pas sur ma liste... qui s'allonge, qui s'allonge. Pas lu récemment, sauf le fakir qui voyageait dans une armoire Ikéa, bof ! Je n'ai pas ri, ni voyagé. Il manque vraiment quelque chose à ce texte. Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir de m'évader par la lecture ! J'ai pas beaucoup de tps malheureusement ! Mais j'en ai besoin !!!

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Att. : Si vous souhaitez être informé de ma réponse à votre commentaire, pensez à cocher la case "M'INFORMER" !

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cochant la case "M'informer", être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.